Historique

Les fondateurs de l’ASEPL sont un groupe composé de personnes vivant avec la sclérose en plaques et des proches, qui souhaitaient se rassembler pour améliorer leur qualité de vie, échanger, briser l’isolement, organiser des activités sociales et culturelles, défendre leurs droits.

 

Ces personnes ont alors choisi de devenir la section locale de Lanaudière de la Société de sclérose en plaques, division du Québec et un premier conseil d’administration a été formé le 29 juillet 1986. Toutefois, quatre mois plus tard, soit le 26 novembre 1986, la dissociation d’avec la SCSP est votée à l’unanimité, car le pourcentage des sommes recueillies lors des campagnes de financement à verser à la SCSP était si élevé (85 %) que l’organisme ne pouvait réaliser pleinement sa mission.

 

Les lettres patentes de l’Association sclérose en plaques de Lanaudière (ASEPL) ont été émises le 23 décembre 1986. La première assemblée générale annuelle a eu lieu le 28 octobre 1987.

 

Toutes les tâches étaient alors accomplies bénévolement par les membres du conseil d’administration. Ce sont eux qui voyaient au fonctionnement de l’organisme, organisaient des activités de collectes de fonds et des activités sociales.

 

 

L’ASEPL est reconnue organisme de charité au 1er avril 1993.

 

C’est en 1994 que l’Association débute les démarches auprès du Centre de réadaptation Le Bouclier, de la Régie régionale et du CLSC de Joliette pour discuter d’un mode de financement pour l’achat d’une maison pour les personnes atteintes de sclérose en plaques qui n’ont d’autre choix que d’aller vivre en CHSLD, et ce, malgré leur jeune âge. En 1997 les Maisons d’à côté Lanaudière ouvrent la première maison et 9 personnes atteintes de sclérose en plaques y font leur entrée.  Une deuxième maison sera construite plus tard. De 2001 à 2014, l’Association sclérose en plaques de Lanaudière a délégué une personne au conseil d’administration des Maisons d’à côté. Pierrette Deguire a été la première y siéger, par la suite Norman Fisette a pris la relève, puis Monique Boissy et Nancy Blouin. 

 

2003 : embauche d’une première coordonnatrice à temps complet et début des activités plus intensives de représentation et de concertation.

 

SR PUCES (Service de référence pour utilisateurs du chèque emploi-service): De 2006 à 2008, l’ASEPL est l’organisme parrain de ce service.

 

Une importante réflexion sur la mission de l’ASEPL a lieu en octobre 2012 au sujet de nouvelles possibilités, de la répartition des tâches entre la coordonnatrice et son adjointe, des lieux d’implication.

 

2013 : Création du premier site Internet en août et ouverture du point de service à Mascouche, au Chez-Nous du communautaire.

 

Octobre 2015 : réflexion sur les services offerts par l’ASEPL. Sondage téléphonique auprès des membres pour faire ressortir leurs besoins et attentes. Il en résulte une satisfaction face aux services actuels et très peu d’idées pour mettre en place de nouveaux services.

 

Déménagement du point de service de Mascouche vers Repentigny en 2016, qui sera fermé en 2018.

 

2018-2019 : Avec le soutien financier d’Emploi Québec, embauche d’une firme spécialisée pour nous accompagner dans un processus de réflexion / planification stratégique afin d’actualiser notre action pour mieux répondre aux besoins des Lanaudois et Lanaudoises vivant avec la SEP.

historique.jpg

Les rencontres du conseil d’administration se déroulent au domicile des Massicotte, situé au 193, boulevard Antonio-Barrette, à Notre-Dame-des-Prairies.  

Historique1.jpg

Mai 1991

Déménagement à l’Académie populaire, située au 645, rue Notre-Dame, à Joliette.

Logo plus large.png

Création du logotype en 1991, par Lisette Martel. Le logo est en fait une marguerite stylisée, accolée au «L» pour Lanaudière. Vous pouvez lire plus loin sa signification.

historique2.jpg

C’est en 1992 que l’Association a pignon sur rue au 200 de Salaberry et que Lisette Martel y travaille bénévolement, et ce, pendant 5 ans. En septembre 1997, l’Association reçoit une première subvention de la Régie régionale, au montant de 14 226$.

Les membres du conseil d’administration peuvent donc procéder à l’embauche d’une coordonnatrice rémunérée. C’est Lisette Martel qui a été embauchée à raison 2 jours par semaine.